La RPD ouvre le feu

Doni Press, 18 mai 2018 (Christelle Néant)

 

Suite à l’augmentation des victimes civiles, la RPD ouvre le feu contre des postes de tirs du côté ukrainien  et fait 10 morts parmi les FAU

 

Tirs

Après les tirs réguliers et meurtriers des derniers jours contre plusieurs points du front, le commandement de l’armée de la République Populaire de Donetsk (RPD) a décidé d’ouvrir le feu en retour afin de neutraliser les postes de tir des Forces Armées Ukrainiennes (FAU) responsables de nombreuses victimes récentes.

Les premiers tirs de neutralisation ont eu lieu contre les positions de l’armée ukrainienne d’où venaient les tirs récents contre la zone de la mine Gagarine.

La première est située près du village de Tchigari, d’où l’armée ukrainienne tirait avec des lance-grenades automatiques, des lance-roquettes et des armes légères non seulement contre les civils habitant sur le territoire de la RPD, mais aussi contre les maisons des civils habitant le village où sont stationnés les soldats ukrainiens (les FAU tirant au fusil sur les habitations).

D’après les soldats de la RPD stationnés près de Gorlovka, ces derniers ont utilisé à leur avantage le fait que leurs positions dominaient en hauteur celles des soldats ukrainiens, et ont ouvert le feu sur l’unité des FAU responsable des tirs contre les civils, tuant six soldats ukrainiens.

La seconde position de tir neutralisée se situait près de la mine Ioujnaya. Hier après-midi, les FAU ont tiré au mortier depuis cette position contre la zone de la mine Gagarine, visant délibérément les zones résidentielles. D’après une source au sein du commandement opérationnel de l’armée, les soldats de la RPD ont utilisé des hauteurs abandonnées il y a quelques jours par les FAU pour neutraliser l’équipe d’artilleurs ukrainiens sans utiliser d’armes interdites par les accords de Minsk.

Ces tirs ont fait quatre morts parmi les soldats ukrainiens, portant ainsi le total à 10 morts du côté des FAU.

Il faut y rajouter les 14 soldats morts et huit blessés lors de la tentative des soldats ukrainiens de prendre de nouvelles positions vers la mine Ioujnaya le 12 mai. Sur les 30 à 40 soldats qui ont participé à cette tentative, neuf sont morts le jour même et cinq ont été blessés lorsque les soldats de la RPD ont repoussé l’attaque.

C’est d’ailleurs suite à cette gabegie, que les soldats ukrainiens, non seulement n’ont pas gagné de terrain, mais en ont perdu, entre autre les hauteurs que les soldats de la RPD ont pu utiliser pour leurs tirs de neutralisation.

Faute de pouvoir évacuer leurs blessés correctement, et suite à des échanges de tirs continus, les pertes ukrainiennes se sont alourdies dans les trois jours qui ont suivis avec cinq morts et trois blessés de plus. Ce qui fait un total de 24 morts et huit blessés au combat parmi les soldats ukrainiens pour la semaine.

Il faut rajouter à ce bilan déjà lourd pour les FAU, la mort de plusieurs instructeurs de l’OTAN qui se rendaient sur la ligne de front, près d’Avdeyevka. Le véhicule dans lequel ils se trouvaient a roulé sur une mine, tuant trois soldats canadiens et deux soldats américains. Trois des soldats ukrainiens qui les accompagnaient auraient été blessés.

D’après une source au sein du commandement opérationnel de l’armée de la RPD, ce qui s’est passé ne serait pas un accident, mais aurait été délibérément organisé par le commandement ukrainien, qui a envoyé le véhicule en plein champs de mines, pour ensuite faire passer ces décès pour des morts au combat dues à des tirs d’unités de reconnaissance de la RPD. Le but étant ainsi de justifier l’octroi de nouvelles armes létales à l’Ukraine par l’OTAN.

Du côté de la RPD, deux défenseurs de la république sont morts, dont le commandant Mamaï de l’unité Piatnachka, et un soldat a été blessé durant les dernières 24 h.

Lors du bombardement qui a coûté la vie au commandant Mamaï, un cameraman et un opérateur son de l’entreprise de radio et de télévision VGTRK qui accompagnaient le fameux journaliste russe Alexandre Sladkov ont été blessés. Les deux opérateurs ont été commotionnés, Alexandre Sladkov quant à lui va bien.

Du côté des civils, il y a trois blessés de plus à déplorer à Gorlovka, par rapport au bilan d’hier, ce qui porte le total pour la semaine à un mort et huit blessés parmi les civils.

Il ne reste qu’à espérer que la venue d’Alexander Hug à Donetsk permette de trouver des moyens de faire redescendre la tension avant que l’escalade ne devienne irrémédiable, et le bain de sang inévitable.

Sources