Les milices extrémistes du bataillon Azov

Le Figaro, 18 mai 2018 (Vincent Jolly)

Ukraine : les milices extrémistes du bataillon Azov
Ukraine : les milices extrémistes du bataillon Azov

REPORTAGE – Fondées dans l’ombre de l’ancien mouvement paramilitaire réputé pour ses codes esthétiques néonazis, les milices Droujini dispersées dans toute l’Ukraine grandissent. Des groupuscules qui témoignent d’un regain de la fibre ultranationaliste au cœur d’un pays fatigué par quatre ans de conflit.

C’est une petite mer de drapeaux multicolores qui flottent au gré du vent ce matin du 3 avril 2018, à Kiev, sur le carrefour jouxtant l’entrée du stade Dynamo, non loin de la place de l’Europe. Compacte, la foule s’étend le long de la rue Mykhaila Hrushevskoho qui remonte vers le Parlement – ici même où, en janvier 2014, des barricades avaient été érigées par les manifestants lors de la révolution de Maïdan. Plus de quatre ans après, seuls quelques petits monuments discrets immortalisent cet événement décisif dans l’histoire du pays ayant, notamment, déclenché le conflit du Donbass contre les deux mouvements séparatistes prorusses: la République populaire de Donetsk et celle de Lougansk – cette guerre oubliée dont le bilan est estimé à plus de 10 000 morts.

Des haut-parleurs accrochés au toit d’un camion font retentir une musique rock tandis que, des rues adjacentes, continuent d’affluer des petits groupes de jeunes, oriflammes et banderoles sur l’épaule. Certains sont de Kiev, d’autres ont pris le train pour venir participer à ce défilé où convergent les trois grands mouvements nationalistes ukrainiens: Pravy Sektor (littéralement «Secteur droit»), Svoboda («Liberté») et… le Corps national, organe politique créé dans le sillage du bataillon Azov. Dans cette manifestation dénonçant la corruption du gouvernement de Petro Porochenko et plus largement l’influence d’oligarques liés à la Russie de Poutine, ce sont ces derniers qui attirent le plus les regards.

Sources