Des instructeurs de l’OTAN tués par une mine

Novorossia, 18 mai 2018

 

 

Une voiture avec des instructeurs militaires des pays-membres de l’OTAN a explosé sur un champ de mines près d’Avdeïevka (ville sous contrôle du régime de Kiev), a annoncé hier le communiqué de presse du Commandement opérationnel des forces armées de la République Populaire de Donetsk.

« Aujourd’hui, pendant la visite par des militaires de l’OTAN de la ligne de front dans la région d’Avdeevka, le commandement ukrainien les a délibérément conduit dans un champ de mines où leur voiture a explosé. Suite à quoi, trois militaires originaires du Canada ont été tués et deux autres, venant des États-Unis ont été blessés.

« Auparavant, nous avions informé que les soudards ukrainiens préparaient dans les prochains jours une provocation contre les militaires de l’OTAN venus les aider dans la zone de l’OFC (NDT : Opération des Forces Conjointes qui remplace, à partir du 30/04/2018, l’Opération anti-terroriste suite à l’adoption par Kiev de la loi sur la Réintégration du Donbass). Les autorités kiéviennes avaient besoin des victimes parmi les militaires étrangers pour accuser les forces républicaines d’agression et justifier la nécessité de la livraison des armes létales par l’Occident . Pour ce faire, le commandement ukrainien a fait sciemment passer cet incident pour une attaque d’un commando de la RPD ».

Rappelons que le représentant spécial des Etats-Unis pour l’Ukraine Kurt Volker est arrivé hier dans le Donbass. La veille, le fonctionnaire américain a rencontré le président ukrainien Porochenko. Hier, près d’Avdeïevka, Volker a déclaré que l’Ukraine ne sera pas en mesure de récupérer la Crimée et les républiques du Donbass, mais que l’assistance militaire américaine évitera à Kiev une perte de nouveaux territoires.

Le commandant en second des forces de la RPD Eduard Bassourine a déclaré plus tôt que les FAU préparaient des groupes de saboteurs pour une série de provocations sur la ligne du front.après avoir reçu les instructions correspondantes de la CIA.

Sources