Mission d’octobre 2019

8ème mission : du 21 au 23 septembre 2019

1ère journée : Nous sommes repartis pour un très court séjour à Donetsk et avons retrouvé Natalya, la responsable du quartier de Troudovski avec qui nous avons déjà travaillé en mai 2019, grâce à Andreï Lissenko, grande figure de l’humanitaire dans le Donbass depuis 2014.

Après quelques courses, et plusieurs dizaines de paniers remplis de denrées alimentaires et produits de première nécessité, nous sommes partis à la rencontre des familles défavorisées de son quartier.

Huile, beurre, sucre, thé, shampoing, savon..

Nous visitons en premier lieu une famille composée de deux jumelles fortement handicapées de naissance : Karina et Kristina. Âgées de 17 ans, elles devront bientôt quitter le centre de rééducation qui les prenait en charge. Sa maman ne sait plus comment faire face financièrement aux dépenses et comment assurer au quotidien la charge de ses filles qui resteront dorénavant au domicile des parents. Karina et Kristina étaient très joyeuses de nous rencontrer et ont montré leurs jolis sourires tout au long de notre visite.

Nous continuons à suivre Natalya dans les ruelles du quartier de Petrovsky, et faisons la connaissance de femmes et d’enfants toujours souriants malgré la guerre et leurs vies exposées aux tirs ennemis.

Nous revoyons avec plaisir Galina, vétéran de la Guerre patriotique, puis une femme dont un des enfants a cessé de parler depuis le début des bombardements. La maman y consacre tout son temps et il se met à reparler tout doucement.

Enfin, nous retournons voir les grands-mères qui continuent de vivre dans l’abri souterrain près de la mine de Troudovsky qui se situe exactement sur la ligne de front séparant les belligérants. Moins nombreuses, elles ont néanmoins toujours besoin d’aides extérieures pour continuer de vivre.

Ces babouchkas continuent de vivre dans ce lieu sans aucun confort : pas de chauffage, ni d’eau courante si ce n’est une grande citerne qui pourvoit à leurs besoins quotidiens. Leurs maisons sont détruites, et elles n’ont plus de familles qui peuvent les accueillir.

Au plus fort des bombardements, près d’une centaine de personnes, des enfants, des personnes âgées, vivaient dans ce bunker.

Toujours très émus de ces tristes situations, mais heureux d’apporter quelque réconfort, nous repartons retrouver d’autres familles qui ont besoin de notre aide.

La journée sera parsemée de dizaines de rencontres avec des familles ayant toutes en commun la perte du mari, d’un frère, ou d’un enfant tué par un bombardement.

Les bruits de tirs ou d’explosion se font entendre tout au long de la journée. Natalya propose de nous amener dans un musée consacré aux dernières guerres, ce que nous acceptons volontiers.

Le musée est constitué de trois salles, dont une dédiée à la guerre actuelle. La première salle comprend trois écrans qui diffusent en boucle les visages des victimes, que ce soient des enfants, des civils, ou des soldats. Beaucoup de reportages également sur le Président Alexander Zakhartchenko, et autres héros de la République : Givi, Motorola..

La seconde salle expose des objets personnels des soldats, ou civils, tués au combat.

2ème journée :

Nous avons rendez-vous avec Yulia de l’association Vostok à la polyclinique ACKB de Donetsk, afin de retrouver le Dr. Konov et le professeur Fistal, chef de service et directeur de l’établissement. Nous avions déjà rencontré le professeur Jacob Fistal lors de sa remise de médaille par le Président Zakhartchenko pour ses mérites et sa carrière professionnelle, ainsi que lors d’une mission humanitaire conjointe avec Zakhar Prilepine, l’année dernière.

Lors de notre rencontre avec le Dr. Konov, par l’entremise de l’association Vostok France en mai 2019, celui-ci nous a confié qu’en 2010 un nouvel hôpital se construisait pour y abriter son service de cardiologie. Cet établissement devait être terminé et mis en service en janvier 2015.

Le début de la guerre, en avril 2014, a remis tout en cause.

A présent, l’établissement, situé juste à côté de la polyclinique, est un édifice inachevé qui attend sa mise en service. Les neuf étages qui le composent se dressent devant la polyclinique, comme un défi aux praticiens, qui doivent continuer à exercer leurs métiers dans des locaux vétustes et insalubres.

Ce défi, l’association Urgence Enfants du Donbass, avec l’association Vostok France, sont prêts à le relever : conjointement, nous allons tout tenter pour que cet hôpital soit opérationnel avant la fin de l’année 2020.

Il s’agit de l’objet de la réunion du jour. Ayant eu l’autorisation des différents ministères pour visiter le chantier de l’établissement, c’est tout naturellement que le Pr. Fistal nous mit en contact avec l’ingénieur en charge du projet : Andreï Korpalkov. Celui-ci a suivi et conçu les travaux depuis les fondations et connaît l’édifice par cœur.

Le professeur Fistal nous précise que depuis le début de la guerre, le service de cardiologie, ainsi que les autres services de la polyclinique, prennent en charge non seulement les malades de la République de Donetsk, mais également ceux de la République de Lougansk. En effet, cette dernière ne dispose pas des moyens nécessaires pour opérer des cas relevant de la chirurgie cardiaque.

Les cas très graves sont envoyés en Russie.

Le projet initial tel que nous le présente le Pr. Fistal

Nous sommes accompagnés d’une équipe de la télévision Zvezda, qui a demandé à nous suivre et de faire un reportage sur cette action.

Nous suivons l’ingénieur vers la zone de chantier. Une fois la barrière dépassée, nous voyons se dresser devant nous la silhouette de l’édifice, ainsi qu’un premier bâtiment qui servira de Centre de conférences. En effet, avant la guerre, Donetsk jouissait d’une grande réputation internationale et nombre de spécialistes du monde entier s’y rendaient pour apprendre telle ou telle nouvelle pratique médicale.

Le Centre de conférence a subi de gros dégâts lors d’un bombardement, notamment sa toiture, et des réparations sont effectuées afin de le restaurer.

Nous longeons les murs de l’ancien hôpital, à proximité des salles d’opération. Le Dr. Konov nous montre les impacts d’un obus qui a éclaté près des murs, et surtout près des systèmes d’aération et d’oxygénation, ce qui aurait eu des conséquences terribles si l’obus l’avait détruit.

Nous pénétrons ensuite dans le vestibule de l’hôpital. Ce niveau, ainsi que les deux suivants, devraient servir à l’accueil des patients, aux urgences et aux services administratifs.

Les sacs de ciment sont là, et on voit les canalisations ainsi que les chemins de câbles qui attendent le jour où ils serviront à faire fonctionner l’hôpital. Nous empruntons l’escalier de secours, car, même si les ascenseurs sont installés, ils ne fonctionnent pas, faute d’électricité.

Nous montons directement aux 3, 4 et 5ème étages qui abriteront les chambres des patients. Le Dr. Konov nous explique que chaque étage sera dédié à une tranche d’âge des patients. Ainsi il y aura un étage pour les nourrissons et les enfants en bas âge, puis un second niveau pour les enfants plus âgés, enfin un troisième pour les adultes. Il nous précise qu’actuellement il ne dispose que d’une salle de chirurgie, quel que soit l’âge de son patient. Or, les matériels de chirurgie ne sont pas les mêmes selon l’âge des patients : les lits, les instruments médicaux, etc. Le futur hôpital permettra que les médecins opèrent deux patients en même temps, et en utilisant des instruments qui respectent la morphologie des patients.

Nous nous rendons ensuite dans les étages supérieurs, réservés aux salles d’opération et aux salles de réveils et de soins intensifs.

Il est évident que le bâtiment a beaucoup souffert du manque de chauffage durant ces cinq dernières années. Heureusement il est protégé par les fenêtres double vitrage mais cela ne suffit pas.

Après une visite au 9ème et dernier étage, qui est le cœur technique du bâtiment, Andreï Kolpakov nous dit que les différentes machines n’ont jamais été mises en marche : ni le chauffage, ni la ventilation, l’eau courante ou l’électricité et encore moins la machine qui sert à l’oxygénation. En réalité, il faut avant tout tester tous les instruments ainsi que procéder à un diagnostic sévère de l’ensemble du bâtiment avant de commencer quoi que ce soit pour sa réhabilitation.

Nous suivons le Dr. Konov dans tous les niveaux et celui-ci nous explique l’emploi de toutes les salles. Il a rêvé de ce bâtiment depuis maintenant 10 ans et le voit tous les jours en se rendant dans la polyclinique où il continue, vaille que vaille, à opérer ses patients petits et grands avec les moyens du bord, alors que les instruments chirurgicaux sophistiqués dont il a besoin dorment dans le nouvel édifice.

Il caresse d’une main distraite les nombreux instruments sophistiqués, installés et emballés sous cellophane dont il ne peut se servir, et qui lui font cruellement défaut. Nous revenons tristement sur nos pas, laissant derrière nous cet hôpital fantôme qui attend un coup de baguette magique.

Nous espérons, avec l’association Vostok France, être les magiciens qui sauront faire revivre cet établissement.

Voici quelques photos de l’aile de chirurgie qu’occupe l’équipe du Dr. Konov actuellement :

Les couloirs regorgent des cartons pris dans le futur nouvel établissement, et chaque endroit est réutilisé soigneusement.

Fin de cette huitième mission.

A présent, nous mettons tout en oeuvre pour mettre en service cet établissement soit en alertant l’opinion publique en participant à des émissions de télévision, en répondant à des interviews et en multipliant les contacts.

Ci-après le lien de la chaîne nationale Zvezda enregistrée à Moscou (vers la 15ème minute) : https://m.tvzvezda.ru/schedule/programs/content/201808241352-z30e.htm/201910281334-JQ9Jh.html?fbclid=IwAR2mi20GTrB2hsgYsNS_WIDAcAJJE1FhLhKcsw4kAtl7ky0D5XbuFQ7PyQU

Reportage de Zvezda avec l’interview d’Emmanuel Leroy : https://tvzvezda.ru/news/vstrane_i_mire/content/201910221828-JTUj0.html?fbclid=IwAR3yMQYCv1oIK6V-Qm4HG9Z_fQjqiJ8NzoSDmhEIJ6sQiYoCewtF-Nrz3rY

L’interview du Dr. Konov : https://www.dropbox.com/s/rcl1uhmsutunrt4/gabel_doneck_bolnica_2.mp4?dl=0

Article de Rossiskaya Gazieta : https://rg.ru/2019/12/09/francuz-emmaniuel-lerua-mechtaet-vosstanovit-bolnicu-v-donecke.html?fbclid=IwAR2VUhPjCxsTNLORX_4Um5tjXhtZZUlKgFyXm76bGTvVqkSdeUQ6m-5uCLs